Amélie Oudéa-Castéra, l’ex-directrice générale de la FFT : ses revenus d’une entreprise lyonnaise révélés

  L’ancienne directrice générale de la Fédération Française de Tennis (FFT) Amélie Oudéa-Castéra a reçu des dizaines de milliers d'euros pour sa participation aux réunions du conseil d'administration d'un groupe basé à Lyon, le Groupe Plastic Omnium.

© Cambodge Post - Amélie Oudéa-Castéra, l’ex-directrice générale de la FFT : ses revenus d’une entreprise lyonnaise révélés

Participation remarquable au sein du Groupe Plastic Omnium #

D’après les informations dévoilées récemment, Amélie Oudéa-Castéra était membre du conseil d’administration et du comité d’audit de cette entreprise lyonnaise spécialisée dans les pièces de carrosserie automobile entre 2014 et 2022.

La présence assidue d’Oudéa-Castéra lors de ces réunions du conseil est soulignée par le groupe comme étant remarquable.

Des rémunérations chiffrées en dizaines de milliers d’euros #

Pour rappel, la méthode Oudéa-Castéra consiste à être payé 6 600 euros par intervention auprès du Groupe Plastic Omnium. Ainsi, pour seulement trois réunions en début d’année 2022 avant d’intégrer le gouvernement en mai, l’ex-directrice générale avait déjà touchée 20 000 euros auprès de cette société basée à Lyon.

Ces chiffres suscitent des interrogations quant à la rémunération d’Amélie Oudéa-Castéra à la FFT.

Une polémique concernant son salaire à la FFT #

Déjà en début 2022, une controverse avait éclaté autour du montant de la rémunération d’Oudéa-Castéra lorsqu’elle occupait encore son poste de directrice générale de la Fédération Française de Tennis. Certains avançaient même qu’il était beaucoup trop élevé pour les missions qui étaient confiées à Amélie Oudéa-Castéra dans le cadre de cette institution sportive française.

À lire Comparatif des 3 chauffe-eau électriques les plus économiques en 2024

Pas de violation des règles en vigueur : Une défense assumée par le groupe lyonnais #

Face aux critiques et aux accusations portées à l’encontre de leur ex-membre du conseil d’administration, Plastic Omnium a tenu à rappeler que les paiements effectués à Amélie Oudéa-Castéra ne constituent pas en eux-mêmes des violations des règles en vigueur dans le groupe basé à Lyon. La société souligne que les sommes versées sont justifiées par la qualité du travail réalisé et l’assiduité dont elle a fait preuve au cours de ces années passées au sein du conseil d’administration et du comité d’audit du Groupe Plastic Omnium.

L’intérêt pour les entreprises de solliciter des personnalités pour siéger à leur conseil d’administration #

Le recours à des personnalités comme Amélie Oudéa-Castéra au sein des conseils d’administration est monnaie courante dans les grandes entreprises. Il s’agit pour elles de bénéficier de l’expertise, des compétences et du réseau relationnel de ces personnalités pour faire face à divers enjeux sectoriels ou encore géopolitiques auxquels elles peuvent être confrontées.

Si ces collaborations peuvent être considérées comme avantageuses pour les entreprises, elles sont, en revanche, bien souvent critiquées lorsque la rémunération octroyée apparaît disproportionnée ou superfétatoire.

Une polémique qui tombe mal #

Alors que les critiques concernant sa rémunération et son rôle au sein de la FFT étaient déjà nombreuses, cette nouvelle affaire met une fois de plus en lumière les montants perçus par Amélie Oudéa-Castéra au-delà de ses fonctions à la Fédération Française de Tennis.

À lire Tout savoir sur le salaire réel d’un médecin généraliste

C’est une polémique dont se serait bien passée l’ex-dirigeante, actuellement en poste au sein du gouvernement.

Il reste à voir comment elle réagira face à ces nouvelles révélations et si cela pourrait affecter sa carrière politique.

Cambodge Post est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Vous êtes ici : Finance / Amélie Oudéa-Castéra, l’ex-directrice générale de la FFT : ses revenus d’une entreprise lyonnaise révélés